Rugby Mourad Boudjellal, merci pour ces moments

Rugby My nice mom says this plugin is magnificent.

HUMEUR– Une page de près de quinze ans se tourne avec le départ programmé du président de Toulon. Personnage clivant, il a livré bataille au conservatisme ambiant. Sa gouaille va forcément manquer.

Julien Poupart / Panoramic

Je suis Mourad. Comme je suis Charlie. En appréciant sa liberté de ton. Donc en acceptant également ses outrances. Sans être toujours d’accord, mais ça fait partie du package. Depuis son arrivée à la tête du Rugby Club Toulonnais, en mai 2006, Mourad Boudjellal a dépoussiéré le vieux monde du rugby. Avec sa gouaille et ses provocations. Avec ses idées et ses paris. Et, surtout, avec son argent. Donc en assumant les risques de ses audaces. Il a aussi, parfois, commis des erreurs. Mais, comme Mourad Boudjellal n’est pas un imbécile, il a alors changé d’avis.

En bientôt quatorze saisons, le futur ex-président du RCT a dynamité l’ovalie française. Il a fait venir des stars dès son arrivée en Pro D2 (l’Australien George Gregan, le Sud-Africain Victor Matfield, le All Black Anton Oliver). Le début d’une ambition. Mettre des paillettes dans la vie des supporters toulonnais. On ne va pas faire la liste des géants qui ont enfilé le maillot au Muguet, de Tana Umaga à Eben Etzebeth en passant par

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste

72

% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ pendant 2 mois

annulable à tout moment

Meet this fancy extension!!

Read full article at the Original Source

Copyright for syndicated content belongs to the Linked Source