Rugby Football : la détestation du corps arbitral a pris une tournure pathologique

Rugby This is one smart plugin!!

  • Sport
  • Football

Rugby Chronique

Jérôme Latta

Rituelles dans le football mais impensables dans les autres sports, les contestations des décisions arbitrales s’inscrivent dans un système qui ne profite à personne.

Publié le 28 octobre 2019 à 16h53 – Mis à jour le 28 octobre 2019 à 16h56Temps deLecture 3 min.

Rugby Carton jaune pour le défenseur marseillais Caleta, le 20 octobre 2019, contre Strasbourg.
Carton jaune pour le défenseur marseillais Caleta, le 20 octobre 2019, contre Strasbourg. Boris Horvat / AFP

C’est peut-être parce que le sifflet des arbitres de rugby roucoule, quand celui des arbitres de football – strident – perce les oreilles. La Coupe du monde au Japon a en tout cas confirmé que jamais en ovalie on n’assiste aux scènes de contestations hystériques en vigueur dans le ballon rond. On peut bien arguer que les règles sont plus sévères ici que là, avec notamment l’interdiction pour les rugbymen, hormis le capitaine, de discuter avec l’arbitre et la sanction des dix mètres en cas d’infraction. Mais le problème semble plus profond, et les contestations relever du rituel.

Se replier sur l’adage éculé selon lequel« le football est un sport de gentlemen pratiqué par des voyous », et le rugby son inverse, n’est pas très utile. Avancer que les règles de ce dernier sont si complexes qu’elles ne sont connues que des officiels ne nous avance pas beaucoup plus… D’autant que les décisions arbitrales en rugby sont elles aussi – mais pas sur le terrain – l’objet de controverses virulentes. On peut d’ailleurs laisser là la comparaison : le football est le seul sport dans lequel on tolère de telles scènes. On y reproche aux arbitres de manquer de « psychologie », quand c’est un diplôme de psychiatrie qu’il leur faudrait.

Rugby Du folklore au procès

En réalité, la détestation du corps arbitral, inévitable folklore de nombreuses disciplines, a pris une tournure véritablement pathologique dans le football à la faveur d’une vaste entreprise de dénigrement, principalement orchestrée par les télévisions.

A coup de ralentis imposés par les réalisateurs, les retransmissions ont été contaminées par le réarbitrage maladif de la moindre décision, transformées en une traqu

Meet this awesome ingredient!

Read full article at the Original Source

Copyright for syndicated content belongs to the Linked Source