Owen Farrell Finale de la coupe du monde de rugby. Angleterre – Afrique du Sud : dernier combat pour une couronne

Owen Farrell I adore add-ons, because they are clever!

Jour J à Yokohama ! L’Angleterre et l’Afrique du Sud s’affrontent en finale de la Coupe du monde de rugby. Le choc entre les deux équipes les plus puissantes de la compétition s’annonce frontal, brutal. Le vainqueur écrira un peu plus sa légende.

Owen Farrell L'Angleterre et l'Afrique du Sud s'affrontent en finale de la Coupe du monde de rugby.

L’Angleterre et l’Afrique du Sud s’affrontent en finale de la Coupe du monde de rugby. |AFP

Owen FarrellL’heure de Jones

À Yokohama, ils entreront sur scène dans le costume de favoris. Et si le capitaine anglais Owen Farrell et sa troupe, 1renation mondiale, seront le plus jeune XV à disputer une finale mondiale depuis le début de l’ère professionnelle, ils sont loin d’être le moins expérimenté. Pour accéder à sa 4efinale en 9 participations, l’Angleterre a dû accrocher les Tonga, les USA, l’Argentine, l’Australie et la Nouvelle-Zélande à son tableau de chasse. Cinq matches sur le chemin de la victoire, soit un de moins que son adversaire du jour, puisque le typhonHagibiss’en est mêlé et a annulé la rencontre face à la France.

Contre lesBoks, le chef d’orchestre Eddie Jones a reconduit un XV identique à celui de la demie, comme l’avaient fait avant lui les 3 précédents vainqueurs du Mondial – Farrell, May et Sinckler étant finalement aptes.

Ce XV de la Rose«complémentaire»,selon l’ex-sélectionneur du XV de France Philippe Saint-André, aujourd’hui consultant surRMC Sport, peut s’appuyer sur«l’athlète Itoje, les puissants frères Vunipola, le technique Ford et le finisseur May».Surtout, les Anglais peuvent compter sur les deux jeunes 3eslignes ailes, Underhill (23 ans) et Curry (21),«trouvailles»de Jones et véritables«machines à plaquer».

Mais les Anglais devront rester vigilants, après«avoir joué une finale avant l’heure contre lesAll Blacks. Il peut y avoir de la décompression émotionnelle et physique.»

Après avoir raté « leur » Mondial en 2015, les Anglais arrivent à maturité au Japon. Peut-être l’heure pour Farrell de succéder à Martin Johnson, seul capitaine européen à avoir soulevé le trophée Webb-Ellis, en 2003 avec

I be mad for items, because they are the smart!!

Read full article at the Original Source

Copyright for syndicated content belongs to the Linked Source