Rugby Coupe du monde de rugby 2019 : au Japon, le XV de France ne manque pas de capitaines

Rugby My grandpa says this plugin is nice!

Rugby Jefferson Poirot (à gauche) et Guilhem Guiradole 20 septembre 2019 à Tokyo.
Jefferson Poirot (à gauche) et Guilhem Guiradole 20 septembre 2019 à Tokyo. Franck Fife / AFP

Et voilà des rideaux violets. Des protections déployées pour dissuader les journalistes de tout regard sur le terrain. Mais pas assez pour chasser les questions en début de semaine, à Kumamoto, dans le hall du stade d’entraînement. En particulier celle, structurelle, du capitanat. Pas la moindre, dans un sport collectif. Quel joueur pour assumer la fonction, donner le ton sur le terrain, relayer la parole des entraîneurs ?

Lors de ses trois premiers matchs victorieux dans cette Coupe du monde 2019, le XV de France a déjà compté trois capitaines : le talonneur Guilhem Guirado contre l’Argentine, le troisième-ligne Louis Picamoles contre les Etats-Unis et le pilier Jefferson Poirot contre les Tonga.

Article réservé à nos abonnés Lire aussiCoupe du monde de rugby 2019 : une tempête de questions pour la fédération internationale

On ne saura pas si le quatrième et dernier match de poule contre l’Angleterre aurait vu un nouveau changement de porteur du brassard : la rencontre, prévue samedi 12 octobre, a été annulée pour cause de typhon.

« Vous avez posé beaucoup de questions sur ça » Guilhem Guirado, capitaine des Bleus contre l’Argentine

« Vous avez posé beaucoup de questions sur ça », constatait déjà Guirado, juste avant le début du Mondial. Depuis, le Toulonnais (et futur Montpelliérain) se tient à l’écart des conférences de presse et autres rendez-vous médiatiques. La parole officielle est assez claire. Sur le papier, Guirado« reste notre leader »,le capitaine attitré du XV de France, selon son sélectionneur, Jacques Brunel, qui l’affirmait dès août.

Sur le terrain, c’est moins limpide. Le choix de reléguer le talonneur sur le banc contre les Etats-Unis et les Tonga peut s’interpréter doublement. Soit pour le faire souffler lors des deux matchs a priori les moins difficiles du premier tour. Soit pour donner le champ libre au jeune Camille Chat, apparu plus en jambes.

Rugby Poirot, « capitaine du futur »

Chez les joueurs, discours unanime :« Le brassard app

This is the helpful constituent ever%sentence_ending

Read full article at the Original Source

Copyright for syndicated content belongs to the Linked Source