Finn Russell Rugby – François Trinh-Duc, pas épargné par le sort

Finn Russell This is one interesting module!

Nouvelle blessure et nouvelle absence longue durée. Le demi d’ouverture François Trinh-Duc s’est fracturé l’avant-bras droit vendredi lors d’un match amical du Racing 92 contre Brive. Une blessure qu’il avait déjà connue en 2016 et 2018 et qui va nécessiter un nouveau passage sur la table d’opération. Si la durée de son absence n’est pas encore connue, l’ex-Montpelliérain (32 ans) devrait une nouvelle fois être éloigné des terrains de longs mois, comme ce fut le cas les deux dernières fois.

Tout juste arrivé dans le club francilien et pas sélectionné avec la France pour la Coupe du monde, il avait l’occasion d’enchaîner les matches à l’ouverture sachant que Finn Russell et Ben Volavola sont occupés respectivement avec l’Écosse et les Fidji. Un coup dur de plus pour celui qui en a déjà connu beaucoup.

2011 : première finale, première défaite

Lors de la saison 2010-2011, François Trinh-Duc marche sur l’eau. À 24 ans, il est l’un des joueurs inamovibles du Quinze de France avec qui il réussit le Grand Chelem l’année précédente, titulaire cinq fois en autant de rencontre. S’il échoue à remporter un deuxième tournoi de suite en 2011, la forme est encore là et ses performances en club avec Montpellier suivent.

Titulaire du début à la fin de la saison, il conduit les siens jusqu’au Stade de France. Le MHR s’y inclinera en finale contre le Stade Toulousain (15-10). Une saison historique pour Montpellier. S’il est impossible de parler d’un échec personnel pour la saison de l’ouvreur, il n’a aujourd’hui toujours pas réussi à accrocher un Bouclier de Brennus à son palmarès. Et il n’en a jamais été aussi proche que ce soir de juin 2011.

Finn Russell

François Trinh-Duc sous le maillot du MHR (R. Perrocheau/L’Équipe)

2011 : désavoué pendant la Coupe du monde

Dans la foulée de sa saison réussie, FTD aborde la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande dans la peau du titulaire. Mais tout ne va pas se dérouler comme prévu. Pour le troisième match de poule contre la Nouvelle-Zélande (défaite 37-17), Marc Lièvremont décide à la surprise générale de le désavouer avant la rencontre au profit de Morgan Parra, pourtant habituel demi de mêlée. Un choix tactique qu’il maintiendra jusqu’à la fin de la compétition et la défaite en finale contre ces mêmes All Blacks (8-7).

Une décision que François Trinh-Duc

My clever dad says this plugin is very magnificent.

Read full article at the Original Source

Copyright for syndicated content belongs to the Linked Source