Rugby Rugby – Super Rugby – Super Rugby : cinq duels à suivre lors de la finale Crusaders-Jaguares

Rugby I be crazy about plugins, because they are astonishing!!

Talonneurs : Codie Taylor vs Agustin Creevy

Au coeur de la mêlée, le face-à-face entre Codie Taylor et Agustin Creevy sera l’une des clés de la bataille en conquête. Une chose est sûre : le combat entre les deux talonneurs sera rude. Le tonique néo-zélandais (28 ans, 41 sélections) et l’expérimenté argentin (34 ans, 83 sélections) sont deux monstres du rugby mondial mais ils n’évoluent pas dans le même registre.

Taylor se distingue par ses qualités d’attaquant. Très bon ballon en main, il est le parfait prototype du première-ligne moderne, capable de couvrir un espace énorme, de se déplacer vite et longtemps et d’assurer la continuité du jeu. Ses nombreux essais inscrits en bout de ligne témoignent de son abattage offensif rare pour un talonneur, même dans le rugby moderne.

Rugby

Codie Taylor, ou le profil parfait du talonneur moderne. () Ross Setford/SNPA/ PRESSE SPORTS

Creevy, quant à lui, s’inscrit plus dans la lignée des numéros 2 traditionnels. Son profil « à l’ancienne » lui octroie un profond respect de ses pairs. Dans le vestiaire des Jaguares, il est un de ces leaders que l’on écoute autant que l’on observe. Dur au mal, charismatique, Creevy connaît parfaitement les moindres détails de son poste et dispose d’une expérience des grands rendez-vous (deux Coupes du monde disputées en 2011 et 2015), précieuse pour son équipe qui n’a pas l’habitude de se retrouver à une telle altitude.

Deuxième-lignes : Sam Whitlock vs Tomas Lavanini

Éloignez les enfants, le spectacle qui va suivre leur est fortement déconseillé. L’affrontement direct entre Sam Whitelock et Tomas Lavanini a de quoi effrayer les non-initiés. Ce sont deux des pires terreurs du rugby mondial. Les ondes de choc que provoquent leur collision pourraient avoir de sacrées conséquences sur l’issue de cette finale.

Le capitaine des Crusaders (30 ans, 108 sélections) est sans doute l’un des géants de ce jeu sur la dernière décennie. Quand on se retournera sur les années 2010, le nom de Whitelock sera écrit en lettre d’or dans toutes les rétrospectives tant le deuxième-ligne est un magnifique joueur de devoir, capable de tout faire. Y compris des fautes intelligentes comme son ancien mentor Richie McCaw. En demi-finales contre les Hurricanes (30-26), c’est lui qui gêne Perenara et lui fait commettre un en-avant derrière un ruck. Pas vu, pas pris, Whitelock pourrait soulever le trophée du Super Rugby pour la troisième fois d’affilée samedi.

Lavanini (26 ans, 50 sélections) est moins complet que Whitelock. Mais il compense largement son déficit de talent par un impact physique et une agressivité sans égale. Véritable buffle sur crampon, Lavanini marque ses adversaires, les étouffe et sait même les faire dégoupiller… quand ce n’est pas lui qui franchit la ligne jaune. Son indiscipline constitue sa dernière lacune pour le sacrer au panthéon des plus grands pénibles de l’histoire.

Rugby

Lavanini sous le maillot argentin. ( Steve Haag/Gallo Images/Presse Sports)

Troisième-lignes : Matt Todd vs Pablo Matera

C’est la plus belle opposition de style de cette finale. Entre Matt Todd, le plaqueur de l’ombre, et Pablo Matera, l’explosif flanker, le duel

I be nuts about plug-ins, because they are the fancy!

Read full article at the Original Source

Copyright for syndicated content belongs to the Linked Source