Ben Smith Air France-KLM réorganise sa flotte

Ben Smith My magnificent grandpa says this plugin is beautiful!

Arrivé il y a bientôt un an aux commandes d’Air France-KLM, le Canadien Benjamin Smith avait très vite souligné la nécessité de rationaliser la flotte d’avions du groupe franco-hollandais. Cela signifie diminuer le nombre de type d’avions en exploitation et choisir des appareils bien adaptés aux spécificités du réseau du groupe. Ces choix seront précisés lors d’un conseil d’administration mardi, suivi mercredi de la publication des résultats financiers semestriels. Mais des négociations sont en cours depuis des semaines, bien sûr avec les avionneurs, mais aussi avec les partenaires sociaux. Particularité d’Air France, certaines catégories de personnels – essentiellement les pilotes – décident des avions exploités et même du nombre de sièges offerts à bord… Inimaginable dans l’industrie.

La flotte long-courrier d’Air France continuera de reposer sur le Boeing 777, au nombre de 68 offrant 280 à 468 sièges selon les versions. Les premiers appareils datent de 1998 et arriveront dans quelques années en fin de vie. L’autre pilier de la flotte est l’Airbus A350 (prévu initialement pour Joon, la compagnie quasi mort-née). Les trois premiers A350-900 sont attendus cette année d’une série de sept à suivre, à raison de presque un par mois. Ceux qui vont être livrés à la fin de cet été offrent 324 sièges dont 34 en affaires disposés 1-2-1, 24 en premium Economy (nouveau siège) et 266 en classe économique. Les premières destinations choisies (Toronto, Bamako, Abidjan, Le Caire) nécessitent des vols assez courts, optimisés pour les premières formations du personnel navigant et au sol. Ben Smith a tranché : il n’y aura pas d’A350 à KLM et toute la commande de 50 appareils (options comprises) sera dédiée à Air France. En revanche, outre les dix premiers exemplaires qui resteront basés à Roissy-CDG, les Boeing 787 voleront aux couleurs de KLM et ceux qui devaient aller ultérieurement à Air France iront à Amsterdam.

Avenir incertain des A380

Les dix Airbus A380 d’Air France ont du plomb dans l’aile. L’attrition probable est causée d’abord par l’inadaptation au réseau Air France d’un apparei

This is the awesome plug-in ever%sentence_ending

Read full article at the Original Source

Copyright for syndicated content belongs to the Linked Source